Chant à la femme Artiste


 « Ton œil, ton œil est doux à ma vaillance !

Pour toi, vers toi, mes chants, mes carillons !

La netteté, la pure clairvoyance !

La clairvoyance après les bataillons ! »



« Pour toi, vers toi, mes chants, mes carillons ! »

Je t’avais dit. Et ton dessin m’enivre !



« La clairvoyance après les bataillons !

La passion, la peinture de vivre ! »

Je t’avais dit. Et ton dessin m’enivre !



Je t’avais dit que tes yeux respiraient

La passion, la peinture de vivre !



Je t’avais dit, un soir qu’ils cueilleraient !



Je t’avais dit que tes yeux respiraient

Ces doux tableaux d’où s’échappe un mirage.



Je t’avais dit, un soir qu’ils cueilleraient

Mon cœur tout jeune.



Ainsi, ta main propage

Ces doux tableaux d’où s’échappe un mirage.



Ton œil aimable inspire avec entrain

Mon cœur tout jeune.

Ainsi, ta main propage

Le chant du monde et l’éternel refrain.



Ton œil aimable inspire avec entrain

La netteté, la pure clairvoyance,

Le chant du monde et l’éternel refrain.



Chantons alors, louons ta bienveillance !



« Ton œil, ton œil est doux à ma vaillance !

Pour toi, vers toi, mes chants, mes carillons.

Chantons alors, louons ta bienveillance ! »



« Pour toi, vers toi, mes chants, mes carillons. »

Je t’avais dit. Et. Ton dessin m’enivre !



« Chantons alors, louons ta bienveillance !

Louons, louons. Ton dessin nous délivre ! »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire