Pantoun II

Le printemps se révèle en beauté : tous les merles
Chantent pour le printemps. Le soleil, le discret,
Scrute, silencieux, cette plaine naissante.

D’autres garçons que moi t’offrent de riches perles,
Toi, ma jeune moitié, mais mon esprit secret
Vaut bien plus en chaleur qu’un cadeau qui s’évente.

1 commentaire:

OX Jerry a dit…

Bonjour Olivier ! Un lieu de qualité oui la poésie se fait précise, acerée et onirique parfois. Merci !

Enregistrer un commentaire